Premiers pas vers la Permaculture

Le temps d’un week-end de cette période automnale, nous a été donné l’occasion de faire nos premiers pas dans le vaste monde de la permaculture. Cela faisait quelques temps que nous entendions ce mot revenir dans le vocabulaire des différents intervenants que nous pouvions écouter ou lire, et l’envie d’en découvrir davantage nous a souvent titillés, jusqu’à ce que se présente l’opportunité d’un stage d’initiation non loin de chez nous.

Ni une ni deux, nous avons saisi le taureau par les cornes et nous nous sommes inscrits, conscients malgré tout que nous risquions bien de mettre le doigt dans un engrenage qui pourrait nous entraîner plus loin que nous ne l’aurions imaginé, peut-être jusqu’à la découverte d’un nouvel idéal de vie… Mais avant de nous (vous) emballer, commençons par le commencement !

Qu’est-ce donc que la permaculture ?

Le concept de permaculture a été inventé dans les années 70 par les australiens Bill Mollison et David Holmgren. C’est un concept difficile à définir car il est très vaste et touche à de nombreux domaines de la vie. Il s’agit d’une vision holistique qui propose des solutions à la majorité des problèmes modernes que nous rencontrons, dans les domaines variés de l’agriculture, de l’habitat, de la vie sociale et communautaire, etc.

Le mot permaculture est formé à partir des mots perma(nent) + (agri)culture, mais il faut lire aussi le mot culture dans son sens large et pas seulement celui de la culture des fruits et légumes. La permaculture s’inspire de cycles et de motifs omniprésents et efficaces dans la nature et les éco-systèmes, des sagesses et cultures traditionnelles ancestrales, ainsi que des dernières découvertes en sciences naturelles.

Exemple d’un jardin permacole

Après l’heure des bilans catastrophiques (environnementaux, économiques, sociétaux, etc.), il est temps de se retrousser les manches pour concevoir les sociétés de demain et la permaculture est là pour nous aider à les construire de manière plus harmonieuse, plus efficace, plus résiliente et plus respectueuse… de tout ! En effet, le terme central de cette approche est l’éthique, qui a malheureusement été laissée de côté depuis longtemps au profit de l’économie et du profit maximal.

Les 3 éthiques fondamentales de la permaculture sont :

1. Prendre soin de la terre et de toutes ses formes de vie.
2. Prendre soin des êtres humains et bâtir des communautés.
3. Redistribuer les surplus équitablement en posant les limites de la consommation et de la population.
Ces 3 éthiques sont le socle de la permaculture et leur but est de servir de « garde-fou » à chaque instant où un humain conçoit, agit, entreprend, construit pour rester dans le juste et l’intérêt commun et global.

Le design (dans le sens de « conception ») est une autre notion centrale et indissociable de la permaculture. Voici ses principes :

  • OBSERVER et interagir (ou pas)
    Observer longuement et avec ses 5 sens pour déterminer les forces, les faiblesses, et le cycle de vie naturel d’un terrain.
  • Capter et emmagasiner l’énergie
    Utiliser l’énergie disponible sur place et la valoriser.
  • Obtenir un rendement/production
    « On ne peut pas travailler l’estomac vide. »
  • Appliquer l’auto-régulation et accepter les feedbacks
    Il faut accepter les conséquences de nos actes et en profiter pour améliorer/équilibrer le système.
  • Utiliser et favoriser les ressources locales et renouvelables
    Faire 100000000 de bornes pour aller chercher quelque chose c’est du temps, de l’énergie et de l’efficacité de perdu !
  • Ne pas produire de déchets
    Le déchet est un élément qui ne sert plus à rien dans le système. Le but est de tout valoriser et réutiliser, ex : un reste de cuisine devient du compost pour la terre.
  • Concevoir les modèles généraux avant les détails
    « On ne voit pas la forêt en observant chaque arbre individuellement. »
  • Intégrer plutôt que séparer
    Chaque élément/personne a des forces et des qualités qui peuvent être utilisées/valorisées.
  • Favoriser des solutions modestes et lentes
    « Plus ils sont gros, plus ils tombent de haut » / « Lentement mais surement, on gagne la course »
  • Utiliser et valoriser la diversité/densité
    Chaque besoin doit être comblé par plusieurs éléments et chaque élément doit servir à plusieurs choses.
  • Utiliser les interfaces/zones de contact et valoriser les bordures/zones marginales
    « Ce n’est pas parce que le sentier est bien tapé qu’on est sur le bon chemin. » Ex : en utilisant 25% de son terrain pour planter des haies, on peut gagner jusqu’à 75% de rendement en plus.
  • Se servir du changement et y répondre de manière créative
    « La vision ne consiste pas à voir les choses comme elles sont mais comme elles pourraient être. »

A ces principes, Bill Mollison a ajouté 7 lois :

  • Tout est relié avec tout
    Développer les interactions entre les éléments (densité et diversité).
  • Tout jardine
    Nous, les animaux, les arbres, les plantes, l’eau, les astres, l’orientation, les bâtis, les sols, etc. car tout a un impact/un rôle.
  • Le rendement d’un système est théoriquement illimité, la limite est l’imagination et l’expérience du designer
  • Des observations prolongées et réfléchies plutôt qu’un travail prolongé et irréfléchi
  • Le problème c’est la solution, tout fonctionne dans les deux sens
  • Rester hors de la forêt, c’est déjà un bon début
    Respecter et laisser certaines zones sauvages car elles sont utiles en tant que tel
  • Travailler avec la nature plutôt que contre elle
De la permaculture au cœur de Manhattan, c’est possible !

Quelques exemples d’applications

Vous trouverez ci-dessous quelques exemples de projets mettant en œuvre les principes de permaculture.  On trouve souvent des exemples dans le domaine de l’agriculture, mais il en existe aussi dans la construction d’habitats (à l’échelle individuelle ou collective), le fonctionnement de certaines entreprises, etc.

La Source Dorée, maison d’hôtes, restaurant, ferme permacole et centre de formation, non loin de Lyon. C’est là que nous avons fait notre stage !
http://la-source-doree.fr/

La ferme du Bec Hellouin, en Normandie :
http://www.fermedubec.com/

Terre-Paille, une association et un lieu présentant un beau savoir faire en matière de construction permacole (près de Poitiers) :
http://terre-paille.fr/

La maison de Simon Dale, projet de « Low impact living » (site en anglais). Nous avons acheté son livret et il est très intéressant avec toute l’explication détaillée et les schémas de leur projet :
http://www.simondale.net/

Et maintenant…

La graine a germé en nous ouvrant tout un horizon de possibilités pour un projet de vie plus proche de nos valeurs. Faisons confiance à l’avenir pour nous mettre sur le chemin de futurs apprentissages qui nous permettront de définir et de maturer ce projet, et qui sait, peut-être serons-nous les premiers surpris de la vitesse à laquelle les choses se mettront en place.
En attendant, nous vous invitons à explorer ce vaste sujet par vous-mêmes, mais attention, le virus est vite attrapé !

Pour aller plus loin sur le sujet :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *