5 jours à Ippoasi, la ferme de la paix

Notre voyage nous a amené aux alentours de Pise, la ville italienne célèbre pour sa tour penchée, située au coeur de la Toscanne. Là, nous avons découvert l’espace de quelques jours un sanctuaire où des animaux de ferme coulent des jours heureux après une première vie souvent tourmentée.
Ce lieu nommé Ippoasi – Fattoria della pace (ferme de la paix) est entièrement géré par des bénévoles – l’occasion parfaite pour nous d’enfiler les bottes et d’aller découvrir cette belle initiative de l’intérieur !

Sur près de 4 hectares de prairies et de bois, le refuge d’Ippoasi accueille depuis 2010 toutes sortes d’animaux dits « de consommation »  : vaches, cochons, poules, canards, chevaux, ânes, chèvres et brebis ainsi que quelques chiens. Tous ont la particularité d’être maintenant des « animaux libres » après avoir été sauvés d’une vie de souffrance et de maltraitance, voir d’une mort certaine. Ces 80 chanceux pensionnaires partagent les grands espaces qui sont mis à leur disposition et cohabitent dans une harmonie étonnante. Rares sont en effet dans nos contrées les scènes où se mêlent pacifiquement tant d’espèces différentes, donnant à ce bout de plaine Toscane des accents de savane africaine.

Refuge Ippoasi
Mais pourvoir aux besoins de tout ce petit monde nécessite l’attention et les efforts quotidiens de toute une équipe de bénévoles dévoués. Il y a en effet toujours à faire au refuge : nettoyer les mangeoires, les remplir de foin frais, recycler le foin de la veille en de confortables aires de sieste, sans oublier la fameuse tournée de ramassage de crottins ! Les cochons et les poules ont quant à eux droit aux fruits et légumes gâtés récupérés dans les supermarchés locaux, que la petite main d’un bénévole aura pris le soin de trier/déballer auparavant (tandis que son autre main lui servira à se pincer le nez ^^).

IMG_2073
Au delà du bien être des pensionnaires, l’équipe s’emploie à diffuser à un large public la philosophie antispéciste et végane qui l’anime. Pour ce faire, des visites du refuge sont proposées aux familles et aux scolaires, entre autres événements tels que conférences, festivals, buffets, visites nocturnes, expositions et autres collaborations.

Mais c’est avant tout l’histoire de ces rescapés qui fait l’âme du lieu, nous vous proposons donc de découvrir le parcours de certains d’entre eux.

Alfred

IMG_2201Alfred est un cochon handicapé au parcours mouvementé. Né dans un élevage intensif (ce qui lui valu d’avoir la queue et les testicules coupées à la naissance), il a probablement été victime d’un écrasement involontaire par sa mère. Ce type d’accident dû au confinement extrême des truies cause de nombreux cas d’étouffements de porcelets. Par chance le handicap que cet événement lui aura laissé à la colonne vertébrale lui a également sauvé la vie, bien que le condamnant à de grandes difficultés de locomotion. IMG_2226En effet, l’éleveur voyant son animal refusé à l’abattoir pour non conformité sanitaire s’en débarrassa en le proposant comme prix d’une loterie. Prise de compassion, la famille qui le gagna décida de lui éviter une fin tragique et le confia à une association qui le confia à son tour à Ippoasi. Depuis il y coule des jours heureux, rythmant joyeusement le quotidien par ses petites excentricités (dont l’invention du manche de brouette-coton tige, pratique quand on a une grosse oreille et qu’un volontaire empêche la-dite brouette de chavirer !).

Trombino et Pompadour

IMG_2104Trombino et Pompadour (photo ci-dessus) sont deux chiens de race Beagle ayant subi les tortures destinées aux animaux de laboratoires. Toutes ces souffrances ont laissé leurs traces : Trombino est aujourd’hui hypocondriaque, tandis que les séquelles se lisent encore sur le corps affaibli et le regard désenchanté de Pompadour. Malgré tout ce qu’ils ont enduré ils ont trouvé la force de redonner leur confiance aux humains. Chaque matin ils accueillent les volontaires à la porte avec leur joie mesurée dans l’attente d’un gros câlin.

Ettore

IMG_2307Le 15 mai dernier, après une journée bien remplie, le téléphone du refuge a retenti. A l’appareil, la police signalant avoir trouvé un tout petit agneau perdu au milieu de l’autoroute. C’est ainsi qu’Ettore est arrivé à Ippoasi, le cordon ombilical encore attaché ! Depuis lors, petit agneau a bien grandi et est à la recherche de son identité. En effet, n’ayant pas sa maman pour le protéger d’éventuelles frictions hiérarchiques, il ne vit pas encore dans le grand enclos avec ses semblables mais passe le plus clair de son temps en compagnie des chiens, dont il a adopté les habitudes. Il joint donc à leurs aboiements  son bêlement et vient en accourant quand on l’appelle ! Il est actuellement en cours de sociabilisation avec le troupeau de moutons, ce qui devrait l’aider à régler ses troubles identitaires.

Michelina

IMG_2239Michelina est une toute petite vache qui grâce à sa constitution hors norme a eu la chance d’être sauvée, non pas une mais deux fois ! Née dans le confinement extrême d’un élevage intensif de vaches à viande son corps ne s’est pas développé normalement, poussant l’éleveur à s’en débarrasser. Sauvée par une association elle fût confiée à une personne qui semblait sérieuse, mais qui eu finalement tôt fait de la revendre à un nouvel éleveur ! Heureusement le stratagème fut identifié et Michelina une nouvelle fois sauvée, cette fois pour de bon. C’est ainsi qu’elle arriva à Ippoasi, où après une période de grande méfiance elle finit par apprendre à faire confiance aux humains, au point d’aller demander des câlins !

Soutenir Ippoasi

Ippoasi fonctionne uniquement grâce à des dons privés, notre soutien leur est donc vital. Si vous êtes touchés par ce projet, vous pouvez les soutenir par vos dons (encart à droite sur la page d’accueil), en adoptant un animal à distance, en allant faire une visite guidée lors d’un passage en Italie ou en leur donnant un coup de main en tant que wwoofer/volontaire. C’est cette dernière formule que nous avons choisie pendant 5 jours où nous avons échangé repas et logement contre notre aide dans les activités quotidiennes. Et en bonus nous en sommes reparti avec des muscles en plus, la preuve en image !

Lancer de crottins
Pierre en plein lancer de crottins !

Voici quelques exemples de tâches quotidiennes (survoler les vignettes avec la souris) :

Galerie photo

Une réflexion au sujet de « 5 jours à Ippoasi, la ferme de la paix »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *